5 quai Claude Bernard - 69007 Lyon
04 72 71 66 00

Un peu d’histoire

C’est dans une idée d’accompagnement qu’en 1874, le Père Marc Brésard réunit des étudiants en médecine en leur proposant des conférences pour la préparation du concours de l’externat et de l’internat

D’ou vient le nom « Laennec » ?

Considéré comme l’un des pères de la médecine moderne et inventeur du stéthoscope, René Théophile Laennec (1781 – 1826) s’est aussi engagé aux côtés des Jésuites pour réfléchir aux engagements du chrétien et aux devoirs du médecin et concilier ainsi Science et Foi … Parallèlement à cela la Compagnie de Jésus à toujours accompagné et même formé les étudiants à leur futur métier au moyen d’institutions variées. C’est dans cette idée d’accompagnement qu’en 1874, le Père Marc Brésard réunit des étudiants en médecine en leur proposant des conférences pour la préparation du concours de l’externat et de l’internat.

« Boîte à colle » ?

Toujours sous la responsabilité des Pères Jésuites, le Centre Laennec de Lyon accueille environ 900 étudiants. La Compagnie de Jésus se donne pour mission de prendre chacun là où il en est et de lui ouvrir une perspective de progression personnelle en abordant les personnes et les événements avec confiance et bienveillance : « l’a priori positif ».

Le Centre Laennec n’est pas « une boite à colle » à proprement parler. Il est une association à but non lucratif qui vise l’accompagnement et la formation des futurs médecin jusqu’à la fin de l’externat. Les centres (Paris, Lyon, Marseille) placent l’homme au cœur du dispositif et pas seulement le résultat. Tous les étudiants sont personnellement accompagnés. Ils apprennent ainsi à évaluer leur propre travail, à mesurer leurs progrès et à analyser tous les paramètres d’une situation pour prendre une décision juste. Ils sont invités à se dépasser pour aller vers le meilleur pour eux et pour les autres, tout en prenant le temps de s’arrêter pour évaluer le chemin parcouru.

Pourquoi le « Cha » ?

Si le Père Marc Brésard, jésuite lyonnais, innove en associant pédagogie et conférences, ses successeurs poursuivent cette idée. Après le père François Jamin sj, c’est le père André Charignon sj, homme charismatique, ouvert et à l’écoute, qui va laisser son empreinte au Centre Laennec de Lyon. Ce sont les étudiants qui affectueusement tireront de son patronyme le surnom de la maison : « Le Cha », qui est depuis toujours resté. Le père Bernard Matray sj prendra sa succession suivie plus récemment du père Jean-Claude Deverre sj. Depuis septembre 2016, le père Benoît Coppeaux sj est en charge de la direction du Centre.

Une présence de la foi

Des temps liturgiques comme les messes sont proposés régulièrement ainsi que des moments forts de la vie du centre comme pour Noël et Pâque. Toute initiative qui permet aux jeunes chrétiens de faire communauté est encouragée (la fête du 8 décembre, le “Pélé du Puy”, etc.).

Une formation à l’intelligence de la foi est proposée dans le but d’éviter la création d’un fossé entre savoir scientifique et connaissance de foi (groupe de lecture, formation chrétienne…).

la Maison des Etudiants Catholiques de Lyon (MEC) au début du XXe siècle